Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 09:00

Visant la protection de l’environnement – des sols, de l’air, de l’eau et de la biodiversité – l’agriculture biologique est un mode de production fondé notamment sur la non-utilisation de produits chimiques de synthèse, le recyclage des matières organiques, la rotation des cultures et la lutte biologique.

L’élevage, de type extensif, respecte le bien-être des animaux et fait appel aux médecines douces si nécessaire. L’alimentation des animaux à partir de la prairie et des produits des grandes cultures issus de la ferme ou le plus possible à proximité, est prioritaire.

Tout au long de la filière, les opérateurs engagés dans le mode de production et de transformation biologique respectent un cahier des charges rigoureux qui privilégie les procédés respectueux de l’écosystème et des animaux.

Chacune des étapes des filières fait l’objet de contrôles par un organisme certificateur.

L’agriculture biologique : naturellement respectueuse de l’environnement

De ce fait, l’agriculture biologique permet de limiter les rejets polluants dans l’environnement et contribue à une gestion plus durable de la terre.

L’agriculture biologique : naturellement respectueuse de l’environnement

Productions végétales bio :
des pratiques en cohérence avec la nature :

Fertilité des sols et respect des écosystèmes

Le maintien ou l’augmentation de la fertilité du sol est une priorité en agriculture biologique. Cet objectif est atteint grâce à :

  • des rotations de cultures appropriées permettant au sol de se régénérer,
  • la culture d’engrais verts et de légumineuses,
  • le recyclage et le compostage des matières organiques,
  • l’apport de matières organiques provenant de l’exploitation pour les fermes en polyculture élevage.

 

Des méthodes de défense naturelles

Il est possible en agriculture biologique de recourir à :

  • un travail du sol avec des outils performants et appropriés, au bon moment
    (de nombreuses techniques alternatives de désherbage existent),
  • un choix d’espèces rustiques mieux adaptées au mode de production biologique,
  • des rotations et des associations de cultures, permettant de couvrir le sol et d’apporter les nutriments nécessaires à la croissance et au développement des plantes,
  • des haies favorables à la biodiversité et à la présence d’auxiliaires,
  • la lutte biologique en cas de nécessité.

Des engrais, amendements ou moyens de lutte d’origine naturelle ou dérivés de substances naturelles sont autorisés en complément uniquement s’ils figurent dans les listes des annexes I et II du règlement CE n°889/2008.

L’agriculture biologique : naturellement respectueuse de l’environnement

Des teneurs en matière organique plus élevées et une activité biologique intense du sol

L’agriculture biologique est un mode de production qui maintient et améliore la santé des sols. Elle s’appuie sur des processus écologiques, la biodiversité et des cycles adaptés aux conditions locales. Elle allie tradition, innovation et science au bénéfice de l’environnement commun. La plupart des articles de la littérature internationale  sur le sujet montrent que les teneurs en matière organique dans les sols cultivés sont plus élevées en cas de pratiques biologiques. Ceci s’explique par l’apport régulier d’une fertilisation organique – effluents d’élevage, pailles, compostage, cultures d’engrais verts – et des rotations diversifiées.

L’activité biologique du sol est davantage développée. Les organismes vivants du sol – comme les vers de terre, les champignons, les insectes de surface – sont plus nombreux, diversifiés et présentent une activité plus intense.

Ainsi s’agissant des résultats obtenus dans les conditions de production européennes, l’activité microbienne est 30 à 100 % plus importante en bio qu’en conventionnel en moyenne. Plus particulièrement, des études de suivi des caractéristiques de sols cultivés en bio et en conventionnel, réalisées en Suisse sur 21 ans par le FiBL  démontrent que les sols « bio » présentent :

  • 20 à 30 % de biomasse microbienne en plus avec des activités respiratoire et enzymatique supérieures ;
  • 30 à 40 % de vers de terre en plus, facteurs de la stabilité des sols, « laboureurs naturels de la terre » ;
  • 90 % d’araignées en plus et une grande diversité d’espèces ;
  • 40 % de mycorhizes en plus en colonisation racinaire avec tous les bénéfices induits pour la nutrition des plantes ainsi que la protection phytosanitaire.

Tout au long de la filière, les opérateurs engagés dans le mode de production et transformation biologiques respectent un cahier des charges rigoureux* qui privilégie les procédés non polluants, respectueux de l’écosystème et des animaux. Toutes les étapes des filières font l’objet de contrôles par les organismes certificateurs. Les effets des pratiques des entreprises de production agricole et de transformation sur l’environnement se mesurent à long terme. C’est pourquoi des évaluations chiffrées des impacts de l’agriculture biologique sur son environnement sont moins courantes que les évaluations de type qualitatif. Les impacts de l’agriculture biologique sur la qualité des eaux et des sols ont été davantage évalués que ceux sur la biodiversité des espèces, les paysages ou la consommation d’énergie.

*Règlement CE N° 834/2007 et cahier des charges français complétant, disponibles sur www.agencebio.org/rubrique règlementation

 

Pour en savoir plus : agencebio.org

Publié par leblogdelabio.com - dans Actualité
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 09:00

D’après le Baromètre Agence BIO / CSA 2015, 93% des consommateurs bio ont l’intention d’augmenter ou de maintenir leur consommation de produits bio dans les 6 prochains mois.

Parmi les 21% de consommateurs bio envisageant d’accroître leur consommation,
65% privilégient une augmentation de consommation de
fruits et légumes bio. Ils envisagent également d’augmenter leur consommation de viandes bio : la volaille (40%), le bœuf et le veau (39%) et le porc, l’agneau et la charcuterie (38%). Il en est de même pour les produits laitiers bio : les fromages (40%) et autres produits laitiers (39%). Les œufs bio font également partie des produits vers lesquels ils s’orienteront (37%).

Les Français ont envie de consommer Bio quand ils le souhaitent et où ils le souhaitent, que ce soit chez eux ou hors de chez eux.

Les Français souhaitent ainsi trouver davantage de produits bio en Grandes et Moyennes Surfaces (69%), mais pas seulement. Ils se disent également intéressés par une offre bio plus large au marché à 44% et chez les artisans-commerçants (boulangers, fromagers, poissonniers, bouchers, cavistes, etc.) dans les mêmes proportions. Un meilleur choix de produits bio serait également bien accueilli dans les fermes par 31% des Français, dans les magasins bio (24%), sur internet (17%) et via le drive (5%).

De plus, les Français sont de plus en plus demandeurs de bio en restauration hors domicile. Leurs attentes n'ont jamais été aussi fortes qu’en 2015. Selon le Baromètre Agence BIO / CSA 2015, ils sont notamment :

  • 79% à se dire intéressés par des repas intégrant des produits biologiques dans les restaurants, contre 54% en 2014,
  • 75% dans les hôpitaux, contre 62% en 2014,
  • 74% dans les maisons de retraite, contre 58% en 2014,
  • 71% dans les centres de vacances, contre 51% en 2014,
  • 65% en restauration rapide ou à emporter, contre 43% en 2014,
  • 55% dans les distributeurs automatiques, contre 33% en 2014.

Les actifs se sentent également très concernés par l’alimentation bio. 73% se disent ainsi intéressés par des repas intégrant des produits bio sur leur lieu de travail, à la cantine ou au restaurant d’entreprise.

Les parents, pour leur part, sont également très demandeurs de Bio pour leurs enfants : 88% des parents désirent des repas avec des produits bio à l’école

 

Pour en savoir plus : agencebio.org

Publié par leblogdelabio.com - dans Actualité
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 09:00

Respectueuse de l’environnement, l’agriculture biologique interdit l’utilisation de produits chimiques de synthèse. Au quotidien, les agriculteurs bio, tout comme les populations se trouvant à proximité de leurs exploitations bio, sont donc moins exposés aux risques sanitaires liés à l’utilisation des pesticides.

Par ailleurs, l’agriculture bio, nécessitant davantage de main-d'œuvre, favorise les échanges de services entre agriculteurs bio pour effectuer les tâches nécessaires à leurs productions. La Bio favorise également les échanges avec les consommateurs puisque de nombreuses exploitations pratiquent des ventes à la ferme et commercialisent leurs produits par l’intermédiaire de circuits de distribution directs et courts, comme les AMAP (Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne). Autant de particularités qui favorisent le maintien, voire la reconstruction, d’un lien social fort entre les acteurs de l’agriculture et les consommateurs. 

 

Des producteurs bio engagés et diversifiés :

 

  • Près d’1/2 pratique la vente directe
  • Plus 1/4 transforme sa production à la ferme
  • 40 % produisaient des grandes cultures (céréales, oléoprotéagineux ou légumes secs) dont 1/3 à titre principal,
  • 40 % produisaient des fruits et/ou des légumes frais, dont plus de la moitié à titre principal,
  • 7 % produisaient des plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM) dont plus du tiers à titre principal,
  • 36 % pratiquaient l’élevage :
    • 22 % avaient un troupeau bovin (laitier ou allaitant),
      soit 3 élevages bio sur 5,
    • 10 % avaient un élevage de monogastriques (porcs ou volailles),
    • 6 % avaient un élevage ovin (laitier ou allaitant) et 3 % un élevage caprin.

 

Pour en savoir plus : agencebio.org

Publié par leblogdelabio.com - dans Actualité
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 09:00

La Bio : 100 000 emplois en France

Les fermes bio génèrent près de 69 000 emplois dans les zones rurales, soit 7% des emplois agricoles français. À ces emplois sauvegardés ou créés dans les fermes bio s’ajoutent ceux qui sont liés aux activités de transformation et de distribution. Au total, les emplois directement liés à l’activité biologique ont été estimés à près de 100 000 équivalents temps plein en France en 2015.

Ce fort contenu en emplois des filières bio contribue au maillage des activités et des territoires. Outre les bénéfices pour l’environnement et le bien-être animal, les filières bio apportent une valeur ajoutée importante à la vie économique et sociale.

L’agriculture bio : un secteur  créateur d’emplois

59 % d’emplois en plus dans les exploitations bio

L’agriculture biologique génère sur les fermes de l’ordre de 60 % de main d'œuvre supplémentaire par rapport à l’agriculture conventionnelle. En effet, la part élevée de la transformation à la ferme, de la commercialisation en circuits courts dans le secteur bio, ainsi que le fort développement en viticulture augmentent le contenu en emploi de l’agriculture biologique. Ramené à l’exploitation, les fermes biologiques emploient en moyenne 2,40 UTA (Unité de Travail Annuel) contre 1,52 en conventionnel (recensement agricole, 2010).   

Il existe de fortes différences selon l’orientation technico-économique des exploitations (OTEX). L’écart le plus élevé (de 1 à 2) est observé dans le secteur viticole.

L’agriculture bio : un secteur  créateur d’emplois

La Bio : près de 10 % de l’emploi agricole en France

 

Les emplois agricoles des fermes biologiques représentaient plus de 10 % du temps de travail de l’agriculture dans 7 régions, notamment en Provence – Alpes - Côte d’Azur Languedoc-Roussillon, et corse ou plus de 15 % de la main-d'œuvre agricole est bio.

L’agriculture bio : un secteur  créateur d’emplois

Près de la moitié de l’emploi en exploitation bio est salariée

 

La main-d’œuvre des exploitations biologiques est essentiellement familiale (56%). Cependant, les fermes bio emploient nettement plus de travailleurs salariés : 43 % du temps de travail annuel contre 27 % en conventionnel.

Le quart du temps de travail en exploitation bio est effectué par des salariés permanents contre 17 % en conventionnel. Les exploitations bio ont recours à plus de main-d’œuvre saisonnière (18 % du temps de travail annuel contre 10 % en conventionnel).

 

Pour en savoir plus : agencebio.org

Publié par leblogdelabio.com - dans Actualité
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 09:00

L’appli « La Bio en Poche » propose de trouver, où que l’on soit, des lieux de vente, des restaurants bio et des événements bio durant toute l’année par simple géolocalisation sur son smartphone.

L’appli est directement reliée à l’annuaire des opérateurs notifiés de l’Agence BIO pratiquant la vente directe en France, ainsi qu’à la plateforme web www.labiodes4saisons.eu, pour la partie agenda événementiel.

Une nouvelle version de l’appli sera mise en service au printemps, notamment l’optimisation de la recherche géo-localisée.

8 bonnes raison de télécharger "la Bio en Poche"

  • trouver en quelques clics un lieu de vente (producteurs, magasins), un restaurant bio ou un évenement bio près de chez vous
  • en savoir plus sur l'agriculture bio et ses principes,
  • expliquer la Bio aux enfants,
  • contribuer au développement du secteur bio,
  • développer la consommation de proximité,
  • contribuer à la protection de l'environnement en limitant les transports polluants,
  • encourager les producteurs à s'engager en bio,
  • découvrir des recettes bio savoureuses.

 

Androïd via Google Play (Cliquez sur ce lien)

Apple via Appstore (cliquez ici)

 

Pour en savoir plus : agencebio.org

Publié par leblogdelabio.com - dans Actualité
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 09:00

La question du changement climatique ne peut pas être traitée indépendamment des autres questions environnementales – pesticides, eau, biodiversité, sols. Dans cette approche globale, l'agriculture biologique a toute sa place. Elle apporte des solutions pour lutter contre le changement climatique.

La diversité des cultures et la gestion des sols en bio sont un facteur de résilience face aux aléas climatiques.

La question de la responsabilité environnementale et de l’atténuation du changement climatique est également au cœur des préoccupations des transformateurs bio. Au-delà du cahier des charges, les transformateurs bio cherchent à respecter l’ensemble des « sphères » auxquelles ils sont liés : le sol, le terroir, la nature ainsi que les Hommes, collaborateurs, clients ou consommateurs. Leurs efforts pour réduire leurs empreintes et des défis portent sur l’éco-conception des produits, des emballages et des machines ; l’optimisation des différentes consommations d’énergie, l’utilisation d’énergies renouvelables, l’évaluation des bilans carbone et la mise en place de mesures et plans de réduction des émissions de gaz à effet de serre, etc.

La lutte contre le gaspillage permet également de diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Les acteurs de la Bio sont engagés dans ce sens. Avec la consommation bio, les habitudes d’achats et les comportements alimentaires évoluent en donnant plus de place aux produits frais et de saison et en évitant le gaspillage alimentaire.

 

La Bio  en cohérence avec les recommandations de l’INRA pour lutter contre le changement climatique

L’ADEME et les Ministères chargés de l’agriculture et de l’écologie ont sollicité l’INRA pour déterminer et analyser une dizaine d’actions portant sur des pratiques agricoles et susceptibles de favoriser le stockage de carbone par l’agriculture ou de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. La Bio s’inscrit pleinement dans les recommandations de l’INRA.

(cf www.agencebio.org / La bio et ses acteurs / Qu’est-ce que la bio ? / La bio : un atout pour le climat)

 

L’agriculture biologique : des atouts pour le climat

La Bio : de la production à la transformation,  une  solution pour lutter contre le changement climatique

Davantage de stockage de carbone dans le sol avec la Bio

Les sols conduits en agriculture biologique contiennent en moyenne 0,2% de carbone par hectare de plus que l’agriculture conventionnelle[1]. Le carbone des tissus végétaux et du sol est stocké grâce aux prairies permanentes gérées suivant le cahier des charges bio, au recyclage des déchets organiques, à l’utilisation de légumineuses ainsi qu’à la préservation des haies.

Les prairies sont des puits de carbone, stockant entre 500 et 1 200 kg de carbone par hectare et par an selon leurs modalités de gestion – chargement, utilisation, fertilisation – la moyenne se situant autour de 1 000 kg. Les prairies permanentes conduites en bio séquestrent un surplus de carbone[2].

Pour en savoir plus : agencebio.org

Publié par leblogdelabio.com - dans Actualité
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 09:00

Les Français connaissent très bien les principales caractéristiques de l’agriculture biologique concernant l’environnement et la naturalité des produits, les principes de production et de contrôles ainsi que l’éthique.

Il sont ainsi 9 sur 10 à savoir que l’agriculture biologique interdit l’utilisation des OGM, 88% qu’elle suit un cahier des charges public précis et 87% qu’elle a des exigences spécifiques pour le bien-être animal et l’alimentation des animaux.

Ils sont également 8 sur 10 à s’accorder à dire que l’agriculture biologique est soumise à des contrôles annuels systématiques et 75% que les produits bio transformés ne contiennent ni colorants, ni arômes artificiels de synthèse.

Les principes de la Bio bien connus des Français

Pour en savoir plus : agencebio.org

Publié par leblogdelabio.com - dans Actualité
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 09:00

D’après le Baromètre Agence BIO / CSA 2015, les consommateurs de produits bio achètent leurs produits bio dans différents lieux :

  • 81% des consommateurs achètent des produits bio en Grandes et Moyennes Surfaces
  • 33% sur les marchés
  • 29% dans les magasins spécialisés en produits bio
  • 23% à la ferme
  • 21% chez les artisans commerçants
  • 5% via le drive
Des lieux d’achats bio diversifiés

Le panier est plus ou moins rempli suivant les lieux d'achats de produits bio. C'est évidemment dans les magasins spécialisés qu'il est le plus diversifié: 29% des actes d'achats génèrent 36% de la valeur globale des achats de produits bio par les ménages en France.

 

Pour en savoir plus : agencebio.org

Publié par leblogdelabio.com - dans Actualité
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 15:50

Sur France 2 vers 16h, un reportage de Jean-Pierre Coffe mettant en lumière les démarches de Didier Thévenet, Directeur du Restaurant municipal de Lons-le-Saunier, en faveur de la restauration Bio hors domicile.

Lien vers l'émission ci-dessous :

Didier Thévenet, Directeur du Restaurant Municipal de Lons-le-Saunier

Didier Thévenet, Directeur du Restaurant Municipal de Lons-le-Saunier

Publié par leblogdelabio.com - dans Actualité
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 09:00

Passer à la Bio change les habitudes de 2 consommateurs sur 5 (42%). Les consommateurs ayant modifié leur comportement et leurs habitudes achètent de plus en plus bio (73%), davantage de produits de saison (70%), de produits frais (63%) et s’attachent à éviter les pertes et le gaspillage (56%). Par ailleurs, 47% des consommateurs bio déclarent également cuisiner davantage et autant qu’ils n’achètent pas tout à fait les mêmes produits qu’auparavant.

Consommer bio fait évoluer les habitudes d’achat  et de consommation alimentaire

Pour en savoir plus : agencebio.org

Publié par leblogdelabio.com - dans Actualité

Qui Sommes-Nous ?

  • : Le blog de la bio
  • Le blog de la bio
  • : leblogdelabio.com est édité par l'Agence BIO, groupement d'intérêt public en charge du développement et de la promotion de l'agriculture biologique en France. Il entre dans le cadre du programme d’information et de promotion de l’agriculture biologique et de ses produits, cofinancé par l’Union européenne. Retrouvez le site internet de la Bio dans l’Union européenne sur : www.organic-farming.europa.eu.
  • Contact

Sur Le Même Thème

  • L’agriculture biologique : naturellement respectueuse de l’environnement
    Visant la protection de l’environnement – des sols, de l’air, de l’eau et de la biodiversité – l’agriculture biologique est un mode de production fondé notamment sur la non-utilisation de produits chimiques de synthèse, le recyclage des matières organiques,...
  • Envie de bio partout : de fortes attentes dans tous les circuits
    D’après le Baromètre Agence BIO / CSA 2015, 93% des consommateurs bio ont l’intention d’ augmenter ou de maintenir leur consommation de produits bio dans les 6 prochains mois. Parmi les 21% de consommateurs bio envisageant d’accroître leur consommation,...
  • La Bio : une agriculture respectueuse de la Nature et de l’Homme
    Respectueuse de l’environnement, l’agriculture biologique interdit l’utilisation de produits chimiques de synthèse. Au quotidien, les agriculteurs bio, tout comme les populations se trouvant à proximité de leurs exploitations bio, sont donc moins exposés...
  • L’agriculture bio : un secteur créateur d’emplois
    La Bio : 100 000 emplois en France Les fermes bio génèrent près de 69 000 emplois dans les zones rurales, soit 7% des emplois agricoles français. À ces emplois sauvegardés ou créés dans les fermes bio s’ajoutent ceux qui sont liés aux activités de transformation...
  • La Bio en Poche : une appli qui rend service
    L’appli « La Bio en Poche » propose de trouver, où que l’on soit, des lieux de vente, des restaurants bio et des événements bio durant toute l’année par simple géolocalisation sur son smartphone. L’appli est directement reliée à l’annuaire des opérateurs...

La Bio en vidéo

Leblogdelabio : Les Rubriques

Pinterest & Instagram